Section de Corbeil-Essonnes

Section de Corbeil-Essonnes
Accueil

Premier mai 2015 à Paris

La loi Macron au Sénat

Déclaration de la section du PCF de Corbeil-Essonnes : non à l'insulte aux valeurs de la République !

2e tour élections départementales 2015: déclaration de la section de Corbeil-Essonnes du PCF

Vœux hommage à Charlie-Hebdo - Restons Charlie

Discours de Pierre Laurent voeux 2015

Incendies aux Tarterêts: communiqué de la section du PCF

Dans la nuit de dimanche 5 octobre à lundi 6 octobre 2014, deux incendies criminels ont gravement endommagé deux équipements publics du quartier des Tarterêts, à savoir l’école élémentaire Jean-Macé et la médiathèque. Ces incendies criminels viennent après que deux voitures avaient brulé devant le siège de la Communauté d’agglomération Seine Essonne en fin de semaine dernière.

La section du PCF de Corbeil-Essonnes condamne ces actes criminels qui ne peuvent trouver aucune légitimation.

Les personnels de ces équipements agissent au quotidien au service de l’éducation, la culture, contribuent de façon essentielle à l’émancipation de chacune et chacun et à la consolidation de notre vie commune.

La municipalité doit tout mettre en œuvre pour pallier au plus vite les conséquences des graves dégradations que ces équipements ont subies.

La section exprime sa totale solidarité avec les élèves, les parents et les personnels de ces équipements, exige que les services de police et de justice mènent à bien et rapidement les enquêtes ouvertes, identifient et jugent les coupables, mettent à jour les raisons de ces incendies criminels à répétition contre des équipements publics dans notre ville depuis des années.

Pour la défense des équipements publics à Corbeil-Essonnes

Humanité 2014: des photos en souvenir

Élections municipales 2014 : Vote des communistes de Corbeil-Essonnes

Le samedi 21 décembre a eu lieu le dépouillement du vote des communistes de Corbeil-Essonnes qui s'est déroulé du 17 au 21.12. Ce vote, le quatrième concernant les élections municipales et le deuxième concernant la tête de liste, avait été décidé après le retrait de la candidature de Michel Nouaille survenu le 10 décembre (voir à ce sujet http://essonneinfo.fr/91-essonne-info/52789/michel-nouaille-jette-leponge/). Les communistes devaient se prononcer sur une tête de liste. Seule candidature, celle de Bruno Piriou.

Résultat du vote

Votants 58

Blanc 1

Oui 29

Non 28

Ci-dessous le bulletin de vote avec l'orientation proposée par Bruno Piriou.

Pour conduire une liste ayant la volonté d’une co-construction rassemblant les communistes, les militants du Front de gauche, les citoyens engagés avec « le Printemps de Corbeil-Essonnes », « Corbeil-Essonnes ville solidaire et citoyenne » et les citoyens souhaitant disposer d’une municipalité qui soit un point d’appui aux luttes nécessaires contre les politiques d’austérité. 

Cette liste a pour ambition de battre la droite. 

Cette liste portera avec les habitants, auprès de l’ensemble des institutions (département, région, gouvernement) les exigences des Corbeil-Essonnois pour la défense des services publics (hôpital, transports publics, éducation nationale…), la défense des responsabilités communales et le développement de l’emploi, des commerces, des PME locales. 

Cette liste mettra en place localement de nouveaux outils démocratiques. 

Dans ce rassemblement, les candidats communistes affirmeront leur identité et leurs propositions dans les initiatives et matériels de campagne. 

Le parti communiste s’exprimera durant toute la campagne pour apporter sa contribution au projet. 

Marche pour la justice fiscale 1er décembre 2013 : LES PHOTOS

Marche pour la justice fiscale 1er décembre 2013

Nous revoilà dans la rue ce dimanche premier décembre. Les organisateurs ont annoncé 100.000 participants, la police... 7.000. Toujours la guerre des chiffres, loin de refléter l'ampleur de la mobilisation. Nous y étions, nous avions pu la voir de nos propres yeux. Il y avait du monde ! Beaucoup de monde. Des gens contents de reprendre le chemin. Une marche dominicale bien utile, sous un rayon de soleil d'hiver tendre et bienveillant.

Les bonnets rouges n'étaient pas là. La seule incitation pour venir manifester était le mot d'ordre: "justice fiscale". Payer des impôts, oui, mais qu'ils soient justes, qu'ils soient utiles à tous, que chacun paie selon ses moyen et reçoive selon ses besoins. Ca ne vous rappelle rien? Par les temps de cadeaux au patronat, où l'on baptise "charges" les cotisations et "coût" la production de richesse par ceux qui travaillent, certains ont tendance à oublier ce principe. Tendance à accorder un "crédit d'impôt" au nom d'une conception partiale et partielle de "la compétitivité". Par les temps d'un prétendu "ras-le-bol" fiscal, attisé habilement par la droite qui oublie bien sûr de parler des fraudeurs à l'impôt, la marche d'aujourd'hui redonnait des repères qui semblaient perdus.

Les bonnets rouges n'étaient pas là, mais le rouge était dominant, comme l'a souligné dans son intervention Pierre Laurent. Et d'appeler à des ateliers citoyens qui, dans un grand remue-méninges dans tout le pays, réécriront les lois fiscales sur une base de justice et d'égalité. Prendre au mot les annonces gouvernementales de "grande réforme fiscale", mais ne pas s'y fier. Agir, proposer, lutter. La rouge était là: celui de la colère face à un gouvernement qui oublie le peuple qui l'a mené au pouvoir; celui de la conviction que seule une mobilisation de la gauche, de toute la gauche qui croit en ses valeurs, peut remettre à leur place tous les "bonnets", grands ou petits, bretons ou écossais, toutes les créatures à plume et à poil qui hantent aujourd'hui le terrain politique. Le rouge de l'élevation intellectuelle aussi, le rouge de la poésie de Victor Hugo, qui, dans la bouche de Jean-Luc Mélenchon, sonnait comme un appel à la résistance.

C'est parce que nous étions nombreux, au delà du Front de Gauche, avec des organisations comme Lutte Ouvrière ou le NPA, mais surtout avec des citoyens qui reprenaient espoir, que le Front de Gauche propose de nous retrouver en janvier. Il n'a échappé à personne qu'en janvier la TVA (acronyme transformé sur les pancartes: "Tu Vas cAsquer") augmentera, et, avec elle, les prix de tout ce qu'on utilise dans la vie quotidienne. C'est la droite qui s'en vantait, et c'est la gauche qui l'a fait. Quelque chose ne marche pas bien dans cette histoire. C'est pourquoi il faut se mêler de politique et se faire entendre, exiger une politique de gauche et l'imposer.

Nous étions nombreux ce premier décembre à Paris. Quoi qu'en disent des médias trop enclins à écouter Monsieur Gattaz et des experts de son obédience, au lieu d'ouvrir les yeux et les oreilles sur le pays qui réclame justice et dignité. Nous étions nombreux pour rappeler à ceux qui l'ont oublié que notre "ennemi", celui qui menace nos vies et hypothèque l'avenir de nos enfants est toujours la finance, non l'étranger. Le capital, non le travail. Nous, nous n'avons pas perdu la mémoire. Notre mobilisation d'aujourd'hui en est la preuve.

Élections municipales 2014 : Vote des communistes de Corbeil-Essonnes

Le samedi 16 novembre a eu lieu le dépouillement du vote des communistes de Corbeil-Essonnes pour leur chef de file et tête de liste aux élections municipales de mars 2014. Le seul candidat qui s’était présenté était Michel Nouaille. 

Voici les résultats communiqués par l’exécutif de la section du PCF de Corbeil :

Inscrits: 56

Votants : 45

Certains camarades n'ont voté que pour l’un des deux scrutins, ce qui explique la différence de votes entre eux. 

Chef de file des communistes :

      votants .................... 43

      blanc et nul ................ 9

      Michel Nouaille ..........34 

Tête de liste :

     votants ...................... 41

     blanc et nul   ..............  6

     Michel Nouaille  ............35

Cette participation au vote témoigne du fort attachement des adhérents au PCF à sa contribution à la vie politique nationale et locale et demande à chacun d'entre nous de contribuer avec toutes ses forces à la construction d'un rassemblement ambitieux pour les prochaines municipales, en prise avec les besoins des Corbeil-Essonnois, de leurs attentes.

Les communistes s’engagent dans une campagne contre la droite, une bataille résolument à gauche, pour que la commune soit le premier rempart contre l’austérité, pour la démocratie et la participation des citoyens aux décisions qui concernent leur vie. Ils s’engagent avec le Front de Gauche, avec toutes les forces du progrès pour faire de Corbeil-Essonnes une « Ville solidaire et citoyenne ».

Voici la première déclaration de Michel Nouaille à l’issue de ce vote :

Depuis des semaines, je contribue avec de nombreux-ses citoyens-nes, le Front de gauche local, à construire un projet et un rassemblement pour permettre à Corbeil-Essonnes, lors des prochaines élections municipales, de devenir une ville solidaire et citoyenne.

Les besoins de très nombreux habitants en solidarité quotidienne, en logements accessibles, en amélioration des services publics (transport, éducation, santé…), la situation  morale de notre ville plombée par des années de clientéliste municipal demandent que la prochaine équipe soit déterminée à  ramener Corbeil-Essonnes dans le champ de la République, à lutter contre les conséquences  des politiques d’austérité et soit un point d’appui pour les nécessaires luttes à mener avec ses habitants-es pour que Corbeil-Essonnes redevienne une ville à vivre, riche de son potentiel humain et géographique.

Aujourd’hui, les membres du parti communiste proposent pour la prochaine élection municipale à toutes celles et ceux (citoyens-nes, associations, partis…) qui souhaitent contribuer à la construction de ce large rassemblement que j’en sois tête de liste.

Je mesure la difficulté de la tâche, mais la construction de ce large rassemblement sur des engagements clairs et exigeants est la condition de la réussite. Je suis résolu à y consacrer dans les semaines à venir toute mon énergie.

Michel Nouaille

Élections municipales de mars 2014: orientation des communistes de Corbeil-Essonnes

Pour les prochaines élections municipales, l’objectif des communistes est de contribuer à battre la droite  et de construire avec les habitants un projet au plus proche de leurs besoins de solidarité, de renouveau démocratique, économique, et qui soit un point d’appui pour la défense des services publics et  les mobilisations contre les politiques d’austérité et leurs effets.

Les communistes décident de poursuivre leur contribution à la construction d’un large rassemblement résolument à gauche. Pour cela, ils prendront les contacts nécessaires avec leurs  partenaires au sein du Front de gauche, le Printemps de Corbeil-Essonnes et toutes forces disponibles pour faire aboutir et gagner ce projet.

À l’issue de leur consultation qui s’achèvera le 11 octobre, ils désigneront leur chef de file pour mettre en œuvre cette orientation.

Inscrits : 51                                           Votants : 32

Orientation approuvée à l'unanimité moins une abstention.

Par Aline Marti, le 08 November 2013

FLASH : VOUS AVEZ DIT « ASSISTANAT » !!!

À en croire certains, notre pays souffrirait de TROP D’ASSISTANAT !

Je vais vous étonner, je trouve que c’est vrai…

Je viens de regarder le budget 2014 – chapitre « entreprises » :

-        Elles vont bénéficier d’une réduction d’impôts de 10 milliards d’euros par le biais du crédit impôt compétitivité-emploi (CICE).

-        Plus 7 milliards d’euros par an de crédit impôt recherche (CIR), censé aider les PME à faire de la recherche-développement, mais qui va dans les poches des multinationales (en comparaison, le budget des organismes publics nationaux de recherche est inférieur à 6 milliards en 2013)

-        À cela s’ajoutent les 200 milliards d’aides publiques dont elles sont destinataires, dont 30 milliards d’exonération de cotisations sociales etc. etc.

Notre pays, son budget le prouve, est devenu le royaume de l’ASSISTANAT… POUR ENTREPRISES.

C’est bien là qu’il faut aller chercher l’argent, vous ne croyez pas ?

VOUS AVEZ DIT  « COÛT DU TRAVAIL » !!!

Ca tombe bien. En pleine actualité de P.S.A. (fermeture de l’usine d’Aulnay).

Repris dans le livre La violence des riches de Michel et Monique Pinçon-Charlot, livre dont je vous recommande la lecture :

« Si l'on ajoute les autres formes d'aide comme la prime à la casse ou les bonus-malus, P.S.A. aurait profité de 8 Milliards d'euros d'argent public... Au nom de la compétitivité, seuls les travailleurs sont stigmatisés comme des charges représentant des coûts insupportables ». Pourtant, selon Hervé Nathan, journaliste de Marianne, « dans le calcul du prix d'une voiture, la main d'œuvre de production ne rentre que pour 1/20° du prix final du véhicule ». Les actionnaires, eux, ont reçu, rien qu'en 2012, 250 millions d'euros !

N'est-ce pas plutôt le « COÛT DU CAPITAL » qui massacre notre économie ???

Réfléchissons là-dessus.

Par Aline Marti

Fête de l'Humanité 2013, les photos

Édition 2013 de la foire de Corbeil-Essonnes : les photos

Lettre au Maire au sujet del'affichage libre à Corbeil

Panneaux d'affichage "libre" à Corbeil-Essonnes

Commémoration de l'action de Salvador Allende mercredi 11 septembre

Hommage à Salvador Allende mercredi 11 septembre, le discours

Mobilisons-nous pour nos retraites le 10 septembre

Pour nos retraites, pour nos salaires, pour l'emploi: travailler pour vivre et non vivre pour travailler! Le 10 septembre, tous dans l'action! L'intersyndicale CGT, FSU, FO Solidaires appelle à manifester. Et ce n'est qu'un début. Lire les propositions de la CGT http://www.cgt.fr/IMG/pdf/retraite4pages.pdf et signer l'appel unitaire en ligne http://www.retraites2013.org/

Vacances militantes 18.08.2013 à Corbeil

Pas un dimanche sans présence militante au marché de Corbeil-Essonnes centre: telle était notre devise avant de nous séparer pour les vacances. Nous avons tenu parole. Ce dimanche 18 août, pont du 15 août oblige, moins de monde, mais les militants toujours présents au rendez-vous hebdomadaire. Au programme, le tract du Front de Gauche pour les municipales 2014 et, bien sûr, la fête de l'Huma.

Un bon accueil comme toujours. Ambiance favorable aux échanges. Deux signatures recueillies, des amis et camarades passés nous saluer et nous encourager. D'ores et déjà, la bataille des retraites qui se profile dès septembre: "j'y serai, intraitable", dit avec conviction l'un des signataires.

Monsieur le maire venu faire un tour sur le marché (sans attirail, escorte minimale!) nous salue cordialement, reste discuter avec nous un moment. Nous rappelle opportunément qu'il viendra à la fête de l'Huma, au dîner de presse, et qu'il est "ami de Patrick Le Hyaric, vous savez, le directeur de l'Humanité" (!). Comme si nous avions oublié que notre maire est aussi un patron de presse, à l'image de son prédécesseur, et que ce métier va souvent de pair avec la politique. Vous pensez à qui?

Passés entre les quelques gouttes qui n'étaient bien sûr pas de nature à nous décourager, nous vous donnons rendez-vous comme d'habitude mercredi à partir de 19h aux locaux de la section, où vous pouvez acheter votre vignette, et, bien entendu, dimanche prochain au marché à partir de 10h30.

Entre-temps, nous vous conseillons de regarder les panneaux de "libre expression", dédiés, entre autres, à l'affichage militant. Que constatez-vous? Quelle conclusion en tirer pour la "libre expression" dans notre belle ville de Corbeil-Essonnes?

La suite au prochain numéro.

Nous ne lâcherons rien !

Corbeil à la Fête de l'Humanité 2013

le 12 August 2013

Vacances militantes 11.08.2013, marché Corbeil

Nous n'alliions pas manquer notre rendez-vous estival: comme prévu, nous étions trois ce dimanche 11 août au marché de Corbeil. L'appel du Front de Gauche pour une ville solidaire et citoyenne, ainsi que la fête de l'Huma étaient au programme de notre distribution. Malgré la fréquentation moins dense pour cause de congés, le marché nous a permis encore une fois d'intéressants contacts avec le public, malgré quelques réactions parfois étranges: nous n'allions tout de même pas attendre la rentrée pour être présents sur le terrain, nous sommes là tout le temps!.

Nous avons vu des copains, des camarades, rentrés de vacances, ou pas (encore?) partis, d'autres pas du tout partis. Sous le soleil, dans une ambiance détendue, les communistes et le Front de Gauche ont marqué le marché par leur présence. Nous étions les seuls! Preuve que, pour être proche des gens, il n'y a nul besoin de contexte électoral.

Les luttes nous attendent à la rentrée. Déjà les rumeurs préparent les esprits: croissance or not croissance? donc, nouveaux impôts or not nouveaux impôts? augmentera-t-on la CSG pour... "sauver les retraites"? qui paie/paiera? Qu'allons-nous proposer face à l'austérité à perpétuité? Regardons la Grèce, éternel débiteur, mais bien "compétitive" (sic): la saignée a fait son œuvre, là aussi. Soyons prêts, soyons vigilants, et surtout "ne lâchons rien"!

Prochain rendez-vous mercredi 19h à la section du PCF autour d'un verre et de tzatziki maison,

et, bien entendu, dimanche prochain 18.08 au marché, comme tous les dimanches.

Les communes face à l'austérité: réunion publique le 30 mai

Marche contre l'austérité Bastille 5.05.2013

Nous avons marché contre l'austérité 5.05.2013

le 05 May 2013

Nous avons marché contre l'austérité 5.05.2013

5 mai 2013: un an après, le peuple de gauche, rassemblé, était à la Bastille. Une place rouge de colère, rouge de revendications. De Paris, de banlieue, de tous les coins de France, nous étions tous présents pour dire où est le curseur de gauche. Pour rappeler à ceux qui l'ont oublié pour quoi ils ont été élus il y a un an. Pour une nouvelle République, vraiment démocratique et sociale: "il n'y a qu'un seul chef, le peuple souverain", selon ce slogan si actuel des manifs grecques.

Les médias, ce matin, même ceux du service public, annonçaient le rassemblement de "la gauche anti-Hollande". Mais ce qui dominait aujourd'hui, c'était la gauche anti-austérité, la gauche appelant à une politique de gauche. Quant au balai, si moqué par tant de doctes experts ces derniers jours, il était là pour balayer la finance, la "dette", la récession, l'argent de la fraude fiscale, les privilèges des fortunés. Tout simplement pour faire le ménage, celui que les électeurs ont demandé en chassant, il y a un an, la droite du pouvoir. À quoi d'autre peut servir un balai, si ce n'est pour la propreté?

Le Front de Gauche, qui avait appelé à ce rassemblement, a été rejoint par des écologistes (Eva Joly, mais aussi des drapeaux des Verts), des syndicalistes, d'autres organisations politiques (nous y avons vu les drapeaux du NPA). C'est un bonheur de voir tout ce monde marcher ensemble, mêlé, content de se retrouver sous un doux soleil de printemps qui commençait à illuminer Paris.

Combien étions-nous? Difficile à dire quand on se trouve dans le cortège. Mais au départ de la Bastille, les rangs étaient denses et l'attente longue. À l'arrivée à la place de la Nation, l'ambiance des manifestations où l'espoir commence à ressurgir. Peut-être l'étincelle qui chassera la résignation et la désespérance?

Belle marche. Des combats nous attendent. Nous les livrerons tous ensemble, comme nous avons marché aujourd'hui.

 

Photos du Premier mai 2013

Conseil national du 13 avril 2013 - Le PCF appelle au rassemblement le 5 mai et propose des assises citoyennes pour une refondation sociale et démocratique

Au vu de la situation exceptionnelle et très grave que traverse notre pays, le Conseil national du PCF s'est réuni en urgence le 13 avril 2013.

Prenant la mesure de l'accentuation de la crise politique dans toutes ses dimensions, crise qui risque de durer, le Conseil national s'engage dans une démarche porteuse d'une dynamique de changement de politique et propose des initiatives pour sortir de cette crise.

Le Conseil national considère que le cœur de cette crise, c'est la domination organisée de la finance sur toutes les activités de la société : le système économique, institutionnel, et c'est le dessaisissement des citoyens, des salariés sur tous les grands choix qui engage leur vie et le pays.

Aussi, il décide d'engager toutes ses forces et son énergie pour concourir :

- A la mise en mouvement et au rassemblement de toutes les force, des citoyens, citoyennes qui ont voulu le changement au printemps dernier sous toutes les formes possibles, partout en France pour exiger d'en finir avec la politique austéritaire menée par le gouvernement, poussée par le Medef, la Commission européenne et les marchés financiers ;

- A la construction d'un nouveau contrat politique pour une politique de gauche répondant aux exigences populaires et pour sortir de la crise.

Pour cela, le Conseil national appelle les communistes :

- A tenir partout des rencontres publiques, des assemblées citoyennes, pour débattre des propositions concrètes pour lutter contre la domination de la finance : contre la fraude et l'évasion fiscale, pour le contrôle et une autre utilisation de l'argent au service du développement humain, pour engager la refondation sociale et démocratique de la République.

- A poursuivre et à amplifier la bataille contre le projet de loi transposant l'ANI et pour la sécurisation de l'emploi, que ce soit au Sénat à partir de la semaine prochaine, ou que ce soit dans les luttes et les mobilisations. Il appelle les communistes à investir la journée d'action du 1er Mai de lutte contre la domination de la finance, pour porter le combat pour l'amnistie sociale et pour soutenir la proposition de loi contre les licenciements boursiers.

- A participer au meeting le 16 avril où Pierre Laurent prendra la parole pour lancer un appel à la mobilisation la plus large possible aux citoyens, aux forces qui veulent le changement de politique.

- A s'engager dans la préparation et la réussite de la marche citoyenne du 5 mai à Paris, sur la base de la déclaration du Front de gauche : « contre l'austérité, la finance, marche citoyenne pour la VIe République » en prenant des initiatives permettant aux citoyens d' y participer pour porter leurs exigences d'une politique de gauche.

 

Le Conseil national propose de permettre à toutes les initiatives, toutes les luttes, les mobilisations de pouvoir converger lors d' Assises pour la refondation sociale et démocratique de la République qui se tiendront le 16 juin. Cette rencontre se veut comme une étape dans la construction d'un nouveau contrat pour une politique de gauche . Le Conseil national a débattu de cette initiative.

Dès maintenant, il invite à co-construire ce rendez-vous avec tous ceux et toutes celles qui portent l'envie et des propositions de changements profonds, des forces, le Front de gauche, des citoyens, des acteurs du mouvement social, associatifs…

Il appelle les communistes à pleinement créer les conditions pour que le peuple puisse prendre la parole et le pouvoir !

 

Relevé de décisions du Conseil national du PCF réuni le 13 avril 2013

 

 

Expulsion des Roms du camp de Moulin-Galant

Par Dina Bacalexi, le 07 April 2013

Le 28 mars 2013, le camp des Roms de Moulin-Galant, situé entre Ormoy, Corbeil et Villabé, a été détruit, ses habitants expulsés. On les retrouvera peu après dans l'hôpital désaffecté Galignani, boulevard Hanri Dunant à Corbeil, d'où ils ont aussi été expulsés. Le mercredi 3 avril, le camp de Grigny (sur la Nationale 7) a aussi été détruit par les bulldozers. Les familles sont dispersées. Certaines ne donnent plus de nouvelles. Les enfants ne vont plus à l'école. Malgré tout le dévouement et l'abnégation des associations, le problème demeure par manque de volonté politique: à quand une véritable réflexion pour loger, stabiliser toutes ces personnes, scolariser les enfants, donner aux parents le droit de travailler au lieu de mendier?

Les Roms sont roumains, quelques-uns bulgares. Ils sont citoyens européens. Ils fuient les discriminations et pensent assurer un meilleur avenir à leurs enfants. Ils veulent que ces enfants fassent des études, ici, en France. Mais ce ne sera pas possible si on les traite comme des intrus et qu'on les chasse. Il faut voir en eux des populations européennes qui fuient les discriminations.

Jadis, la France a su éradiquer les bidonvilles où vivaient les familles des travailleurs immigrés. Aujourd'hui, elle doit être capable d'éradiquer les bidonvilles de Roms. Les milliards de crédit "compétitivité-emploi", le dispendieux crédit impôt recherche, les nouveaux cadeaux aux entreprises qui flexibilisent, délocalisent, licencient, baissent les salaires, pourraient fournir en partie les ressources nécessaires pour de nouveaux logements. Non des logements dont seront privés les demandeurs de relogement issus des démolitions des Tarterêts, mais des logements en plus, pour y loger ceux qui n'en ont pas.

Centre ville de Corbeil-Essonnes, mars 2013

L'exécutif de la section du PCF réagit à l'appel « Pour le printemps de Corbeil-Essonnes »

 

Comme un certain nombre de Corbeil-Essonnois, nous sommes quelques-uns à avoir pris connaissance d’un appel intitulé Pour le printemps de Corbeil-Essonnes : et si nous faisions de la politique autrement, signé par 30 citoyens parmi lesquels quelques membres de notre parti.

Quand des habitants de notre commune déplorent que « le potentiel de notre ville soit gâché » (et en particulier selon nous son potentiel humain), appellent à « faire bouger les choses », pour « améliorer le quotidien » et veulent faciliter pour cela l’implication de « nouveaux visages » convaincus que « le changement ne se fera pas sans les Corbeil-Essonnois », nous ne pouvons que nous réjouir et souhaiter bonne chance à cette nouvelle association qui viendra renforcer, avec sa spécificité, ce que font déjà des centaines de citoyens de notre commune déjà investis dans des associations caritatives, culturelles, sportives, des amicales de locataires, de solidarité internationale…

Malgré les difficultés toujours plus nombreuses que connaissent les habitants de notre commune, le contexte tant national que local n’appelle pas en effet à la résignation. La magnifique chanson « Les loups » de Serge Reggiani nous rappelle en effet que quand la résignation envahit, le pire est à craindre et que seule la solidarité est capable de permettre de retrouver la confiance en un avenir commun.

Dans un an à Corbeil-Essonnes, comme dans toutes les communes de France, les électeurs seront appelés à élire leur nouvelle municipalité. C’est ainsi que le Parti communiste a lancé depuis plusieurs semaines, au niveau national, un appel à construire dans toutes les communes de larges rassemblements de citoyens pour élaborer un programme, des équipes au plus près des préoccupations des habitants, de leurs besoins en matière d’aide sociale, de logements, de santé, de transport, d’éducation, de culture, de sport et d’exigence de démocratie redynamisée.

Cette exigence de démocratie refondée est particulièrement indispensable dans notre ville qui a vu son destin pris en otage depuis des décennies par les logiques du seul pouvoir de l’argent, de la volonté de puissance d’un homme, S. Dassault. Notre ville a quitté depuis des années le champ de la démocratie républicaine : le changement consistera à le retrouver.

Aujourd’hui, les communes sont rattrapées par les effets dévastateurs des politiques d’austérité menées par la majorité gouvernementale et les institutions européennes. À Corbeil-Essonnes, un nombre croissant d’habitants de notre commune connaissent le chômage, en particulier les jeunes de nos quartiers, la précarité, en particulier les femmes, les difficultés financières. À partir de 2013 les budgets communaux seront durement impactés par les baisses annoncées des aides de l’Etat.

Et pourtant, en France, et en particulier à Corbeil-Essonnes, une majorité politique existe pour engager le pays, notre commune dans une alternative à l’austérité, construire des politiques de résistance à la casse des services publics, de promotion d’actions plaçant l’exigence de « l’humain d’abord ». Les scores réalisés lors des élections de 2012 par le Front de gauche forment un socle solide pouvant constituer une composante particulièrement expérimentée et efficace pour construire et mener avec un nombre important de citoyens de notre commune, unis dans leur diversité sur des valeurs communes, cette future bataille contre une droite locale à l’avant-garde des politiques de casse du pacte démocratique, républicain et social issu de la Libération.

Les prochaines réformes territoriales risquent d’éloigner encore un peu plus les citoyens des réflexions et décisions touchant à la fois leur quotidien et leur devenir individuel et collectif.

C’est pourquoi les prochaines échéances municipales doivent être élaborées en prenant en compte avec les citoyens toutes les contraintes et ressources auxquelles la démocratie locale est aujourd’hui confrontée, en particulier en Ile de France (articulation des communes, des agglomérations, du département, de la région, du « Grand Paris »).

Peuvent se retrouver pour construire un tel projet municipal un nombre très important d’habitants, qui, par-delà leurs choix politiques nationaux, veulent faire de notre vile une ville solidaire et citoyenne.

C’est ce à quoi la section du PCF veut contribuer dans la clarté des options et la transparence des procédures.

Dans ce cadre, toutes les bonnes volontés, les énergies, les sensibilités, les compétences et les expériences  seront utiles.

Conférence de section de Corbeil: invitation

 

L’HEURE EST GRAVE, LES ENJEUX VITAUX :

NOUS AVONS BESOIN DE TON APPORT

           

Le Parti communiste tient son congrès national en février prochain. L’enjeu est de déterminer comment les communistes peuvent contribuer à la construction d‘une société d’émancipation et d’égalité.

Le projet peut paraître bien utopique à l’heure où nous assistons justement à une aggravation des désastres sociaux, économiques et écologiques causés par les logiques capitalistes triomphantes.

Faisant face à leurs difficultés et à leurs échecs, les communistes cherchent à construire un mouvement populaire qui substitue une logique humaine aux logiques de dictature du plus fort sur le plus faible, du nanti sur le pauvre. C’est le sens de la construction du Front de gauche.

Si nous nous adressons à toi, c’est que nous savons combien nous partageons les mêmes espoirs, aspirations, engagements.

Pour de multiples raisons, tu ne trouves pas ou plus ta place au sein de notre organisation collective. Ton regard, tes critiques, tes propositions ne peuvent que nous aider. Nous avons un besoin vital de ton apport, ta réflexion, ton expérience.

 Nous voulons que notre conférence de section qui se tiendra les vendredi 18 au soir et samedi 19 janvier en journée soit un réel moment de dialogue et réflexion collégiale en articulant réflexion théorique, orientations générales et expériences concrètes, décisions pratiques.

Votre vision ne peut que nourrir nos décisions.

C’est pourquoi, nous t’invitons à nous rejoindre lors de la matinée du samedi 19 janvier de 9h à 12h30 puis, si tu le souhaites à déjeuner avec nous autour d’un repas fraternel. Nous souhaitons faire de cette matinée un temps d’écoute et de dialogue avec toi.

UNE ACTUALITÉ POLITIQUE ET ÉCONOMIQUE MOROSE EN FRANCE ET À CORBEIL-ESSONNES

Distribution pour un référendum sur le traité européen marché Corbeil 19.08.2012

Traité européen : le peuple doit décider ! Il faut un référendum !

 

Le Conseil Constitutionnel a déclaré que le « traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance au sein de l’Union économique et monétaire » (TSCG) est conforme à la Constitution française. Il ouvre ainsi la voie à sa ratification sans aucun débat démocratique, sans aucune information des citoyens sur son contenu. Or, ce traité est dangereux pour la démocratie et la souveraineté des peuples européens. C’est un pacte pour l’austérité à perpétuité.

Rédigé par M. Sarkozy et Mme Merkel, lu et approuvé par le patronat français et européen, ce traité prévoit :

·      Les Parlements ne décideraient plus des budgets nationaux ; ils seront obligés de respecter la « règle d’or », c’est-à-dire l’équilibre des finances publiques ; ils n’auront plus le droit de voter des dépenses pour des investissements publics utiles à la population.

·      La Commission européenne, qui n’est pas élue, aurait le droit de décider d’abaisser autoritairement le déficit structurel de l’État, mais aussi de contrôler les déficits de la Sécurité sociale, des collectivités locales, des entreprises publiques : ils devront désormais être très en deçà de ce qui était prévu dans les traités de Maastricht et de Lisbonne. Déficit autorisé : 0,5 % des richesses produites.

·      Les projets 
de loi des finances seraient transmis à la Commission 
européenne avant tout débat à l’Assemblée nationale. 
Un mécanisme de correction automatique des budgets serait arbitrairement instauré, des sanctions imposées aux États qui n’appliqueraient pas l’austérité. Les autorités européennes vérifieraient 
et corrigeraient les budgets tous les six mois.

·      Dans son titre IV, ce traité prévoit que des autorités « extérieures » (qui ?) auraient le droit d’intervenir sur les choix économiques des gouvernements. Comment appliquer une politique de gauche dans ces conditions ?

Le Président Hollande, lors de sa campagne électorale, avait déclaré que, s’il parvenait au pouvoir, il renégocierait ce traité « en faveur de la croissance et de l’emploi » et demanderait « la réorientation de la Banque centrale européenne dans cette direction ». Cet engagement fait partie de ses « 60 propositions ». Il doit aujourd’hui être tenu.

Le PCF demande la tenue d’un référendum sur ce traité. C’est un sujet trop sérieux pour le laisser à la seule voie parlementaire. C’est un sujet qui touche à la vie de tous, à nos emplois, à notre industrie, à l’école, à l’université et à la recherche, à la santé, aux services publics, aux collectivités locales. Si ce traité devenait la loi fondamentale de l’Europe, ce serait bien pire que Maastricht et Lisbonne, bien pire que le TCE rejeté en 2005.

Aujourd’hui, des pays européens comme la Grèce, le Portugal et l’Espagne se voient imposer des mesures drastiques d’austérité pour « assainir » leurs finances. Résultat : récession (3e année en Grèce), catastrophe pour l’économie nationale, chômage en hausse vertigineuse, jeunesse sans avenir qui émigre, en dépouillant ainsi les pays de leurs forces vives, pauvreté et misère. Est-ce un avenir acceptable ? Au nom de quoi les peuples européens doivent-ils « faire des sacrifices » ? au nom de quoi doivent-ils consentir à « des efforts », même si on leur dit que ce sont des « efforts justes » ?

Le PCF, au sein du Front de Gauche, livrera la bataille pour une autre Europe, celle des travailleurs, celle des peuples, celle qui dit non à l’austérité et oui au développement humain, social, écologique. Nous réclamons une Banque centrale européenne mise au service de cet objectif. Nous exigeons le contrôle public des banques et nous refusons le contrôle des « marchés » sur les États. Oui à l’augmentation des salaires, à la ré-industrialisation, à l’emploi stable et qualifié. Non à la survie et à la précarité. Oui à la vie et à l’avenir.

La Fête de l’Humanité, les 14, 15 et 16 septembre, sera un rendez-vous majeur pour cette mobilisation que nous mènerons tous ensemble !

Signez, faites signer la pétition pour un référendum 

Retrouvez-la à l'adresse https://docs.google.com/file/d/0BwmnXg5RBJgoVDR3Umswb25haWc/edit?pli=1

Pot de départ de Sarkozy, avec Ulysse Rabaté et Élise Yagmur 8.06.2012

 
 

Ulysse Rabaté et Élise Yagmur, candidats de la 1re circonscription, appellent à battre Sarkozy

 
 

Journal des communistes de Villabé octobre 2013

Journal des communistes de Villabé juin 2013

Journal des communistes de Villabé avril 2013

Journal des communistes de Villabé mars 2013

Journal des communistes de Villabé - Mars/avril 2012

 

FRONT DE GAUCHE - 18 FÉVRIER 2012

Quartier Libre n°6 juin 2013

Quartier Libre, journal à l'initiative des communistes de Corbeil-Essonnes et de Villabé n°5

 
Parti communiste français - Section de Corbeil-Essonnes 69 rue d'Angoulême - Impasse Delcourt 91100 Corbeil-Essonnes pcfcorbeil91@gmail.com